On entend par immeuble de grande hauteur (IGH) un bâtiment d’habitation dont le plancher du dernier étage se trouve à plus de 50 mètres du sol. Cette limite est fixée à 28 mètres pour les édifices destinés à d’autres usages. Avant 2014, la réglementation en vigueur se caractérisait par sa complexité. Les autorités compétentes ont par la suite amorcé une réforme. À l’heure actuelle, les constructeurs sont principalement tenus de respecter des normes renforcées de prévention contre les incendies.

L’essentiel de la réglementation incendie des IGH

Toute personne désirant aménager un immeuble de grande hauteur doit connaitre les règles de prévention anti-incendie. En réalité, on classe ces édifices en 10 catégories, on citera par exemple les GHA ou immeubles d’habitation ou encore les GHTC qui correspondent à des tours de contrôle. Les normes diffèrent légèrement selon la nature de la bâtisse. Néanmoins, les spécialistes notent aussi certains points communs.

Ainsi, un IGH doit se situer à au moins 8 mètres des constructions voisines et à moins de 3 kilomètres d’une caserne de pompier. On mettra en place un accès réservé aux soldats du feu afin de réagir rapidement en cas de besoin. Bien entendu, les maîtres d’œuvre doivent également aménager un centre de contrôle.

Les lois en vigueur insistent sur trois points à savoir le compartimentage, le désenfumage et l’évacuation. Le respect de ces normes fera l’objet d’un contrôle à l’achèvement du chantier. Enfreindre ces règles obligera le constructeur à se lancer dans des travaux de réparation particulièrement coûteux. D’où l’intérêt de bien se renseigner avant d’envisager la construction d’un tel édifice.

Le compartimentage, le désenfumage et l’évacuation : ce qu’il faut savoir

Le compartimentage des immeubles de grande hauteur est destiné à limiter les dégâts en cas d’incendie. Le constructeur doit aménager l’espace en plusieurs compartiments d’une superficie inférieure à 2 500 mètres carré. Des cloisons ignifuges séparent ces zones pour ralentir la propagation du feu.

Les normes de désenfumage prévoient la mise en place de différents équipements pour évacuer la fumée. Les études prouvent en effet que la majorité des personnes qui périssent dans un incendie décèdent par suffocation ou asphyxie. Le constructeur doit ainsi installer un système de ventilation performant. Les autorités compétentes obligent aussi les maîtres d’œuvre à disposer des portes coupe-feu.

Enfin, les constructeurs doivent prendre plusieurs mesures pour faciliter l’évacuation des occupants. Ici encore, les dispositifs présents dans le bâtiment joueront un rôle important. Des alarmes avertiront chacun sur l’existence d’un départ de feu. Lors des situations d’urgence, il sera possible d’évacuer uniquement les personnes situées dans les compartiments touchés. Ce qui permettra d’éviter la panique.

Quoi qu’il en soit, la construction d’un immeuble IGH requiert la participation de nombreux acteurs.

Un maître d’œuvre spécialisé dans l’aménagement IGH, comme elielarnold.com, est également soumis aux normes décrites plus haut. Néanmoins, il a l’obligation d’informer ses clients sur les changements concernant la réglementation en vigueur.

Un bureau d’études élaborera les plans qu’il transmettra au constructeur. Un mandataire sécurité interviendra en fin de chantier pour procéder à différentes vérifications. Ce dernier exigera la réalisation de travaux de réparation si des points de non-conformité sont identifiés. Au vu des difficultés à surmonter pour la construction d’un immeuble IGH, les travaux de rénovation sont bien plus courants.